Archives de catégorie : Lectures

Bilan lecture, mi-octobre 2020

Suite du challenge de LivrAddict avec 2 bonnes lectures, une petite déception et une très grosse déception.

Tout d’abord, le dernier pavé de Ken Follett, Le crépuscule et l’aube.

Cette fois, nous somme en 997 dans le petit village de Dreng’s Ferry qui deviendra le Kingsbridge des Piliers de la Terre. On suit Edgar, constructeur de bâteaux, Ragna, une noble Normande qui va épouser l’ealdorman (représentant local du pouvoir royal) Wilwulf, le moine Aldred et le grand méchant évêque Wynstan.

C’est du bon Ken Follet : on est vraiment immergés dans l’époque. On sent que l’auteur s’est très bien documenté. Dès le premier chapitre, on est plongé dans l’aventure et les rebondissements se suivent à grande vitesse. Heureusement, ça se calme un peu par la suite. L’histoire prend assez vite son rythme de croisière avec les gentils qui essaient de réaliser quelque chose et les méchants qui leur mettent des bâtons dans les roues. L’histoire est quand même suffisamment intéressante pour qu’on accroche.

Aucune difficulté de lecture par contre vu que chaque prise de position ou chaque mensonge est expliqué (“je dis ça en espérant tel effet…”). C’est un peu lourd mais au moins c’est clair.

Par contre, fans de Vikings, passez votre chemin, s’ils sont présents c’est uniquement comme menace ou sujet de négociation. On ne suivra aucun Viking de près.

Une bonne lecture mais un peu moins inspirée que Les piliers de la Terre. A conseiller en vacances, quand on a du temps et qu’on veut pouvoir lâcher son livre de temps en temps et s’y replonger facilement. Je lui mets 3 étoiles.

J’ai ensuite entamé Kraken, de China Mieville. Si vous vous rappelez, c’est le livre du challenge qui me faisait le plus envie.

L’histoire commence lorsqu’un conservateur du Muséum d’histoire naturelle de Londres fait visiter le clou du centre Darwin : un calmar géant de plus de 8 mètres de long, conservé dans son bocal-piscine. Petit problème : le tout a disparu.

Bon, jusque là, ça allait. Il y avait bien quelques remarques que je sentais qui m’échappaient, n’ayant pas toutes les références culturelles anglaises mais rien de grave.

Puis c’est devenu vraiment trop invraisemblable et confus.

Spoiler
Un exemple : le gars se fait enlever de chez lui, par un homme et un nain, entrés chez lui par la boîte aux lettres dans un petit colis après avoir été pliés par un as de l’origami.

Je n’ai rien contre un peu de “magie” mais ça doit servir le récit, et pas s’accumuler au point d’être le récit en lui-même.

Bref, j’ai abandonné, ce qui dans mon système de cotation vaut une étoile.

Je me suis réconciliée avec l’Angleterre avec La meilleure d’entre nous, de Sarah Vaughan.

Quatre femmes et un homme se lancent dans un concours de pâtisserie pour devenir la nouvelle incarnation d’une marque fondée par Kathleen Eaden en 1966. Le roman alterne entre l’histoire personnelle des femmes, principalement, les épreuves de pâtisserie et des extraits du livre de pâtisserie de Kathleen Eaden.

C’est bourré de bons sentiments mais on a aussi quelques réflexions sur la quête de la perfection dans la vie des femmes, la maternité, la vie de couple, la réalisation professionnelle et, bien sûr, la pâtisserie.

Je dois dire que j’ai bien accroché. Les personnages sont attachants. Je n’ai pas trouvé ça trop mélo non plus. Un très bon moment de lecture même si je ne crois pas que je m’en souviendrai longtemps. Trois étoiles, donc.

Ensuite, changement radical d’atmosphère avec Les Lieux sombres, de Gillian Flynn

On suit la vie de Libby, seule survivante du massacre de sa famille quelques années plus tôt dans une ferme au fin fond du Kansas. En pleine nuit, sa mère et sa soeur ont été tuées à coup de hache et achevées au fusil de chasse et son autre soeur a été étranglée. Son père, alcoolique, ne vivait plus avec eux et le témoignage de Libby, 7 ans à l’époque, a conduit à l’arrestation de son frère, qui est en prison à vie.

Alors c’est noir, très très noir. J’ai vraiment eu du mal à m’attacher aux personnages. On parle de meurtres mais surtout de misère sociale, d’alcoolisme, de drogues, d’ennui, de manque d’espoir, de mauvaises décisions et de laisser-aller : Libby est en pleine dépression mais elle est aussi voleuse et menteuse, comme elle le reconnaît elle-même. Sa mère était au bout du rouleau et complètement dépassée. Sa soeur ainée était mèle-tout et caftait pour avoir un peu d’argent. Son frère n’était pas du tout intégré à l’école. On suit aussi un sataniste qui égorge des vaches et d’autres personnages à l’avenant dans ce bled paumé et ruiné par la crise rurale des années quatre-vingt.

En dehors de ça ce n’est pas vraiment mal écrit mais je m’attendais à des rebondissements comme dans le film “Gone girl” qui était l’adaptation du roman “Les apparences” de la même autrice. Mais non, rien de ça ici, on va juste de témoignage en témoignage pour au final avoir le déroulement de la nuit du meurtre.

Bref, je n’ai pas vraiment apprécié et j’attribue deux étoiles à ce roman sombre.

Du coup je ne sais pas si je lirai American Psycho, je crois que j’ai ma dose…

Enfin, sinon, il reste 8 lectures pour ce challenge donc j’y retourne 😉

Bilan lecture, fin septembre 2020

Voici mon bilan lecture de la deuxième partie de septembre. J’ai terminé les 12 lectures du Pumpkin Autumn Challenge et j’ai entamé un nouveau challenge dont je vous ai parlé dans cet article. Voici les chroniques :

J’ai commencé par lire Des jours sauvages, de Xabi Molia.

En pleine pandémie, des gens fuient sur un ferry. Ils font naufrage sur une île au milieu de nulle part. Et puis ça part méchamment en sucette… Trahisons, maladie, paranoïa, meurtres, abus de pouvoir,… On peut dire qu’il se passe des choses. Malheureusement j’ai trouvé qu’il y a trop d’action et trop de personnages dans ces malheureuses 288 pages ce qui fait qu’on n’a pas vraiment le temps de rentrer dans le récit. Ca pourrait donner lieu à une bonne adaptation en série télévisée mais là je ne lui mets que 2 étoiles.

Ensuite j’ai lu Appelle-moi par ton nom, de André Aciman dont j’ai déjà publié la chronique. Une déception aussi.

Ayant enfin trouvé une lecture “couverture noire” qui m’accrochait pour le pumkin autumn challenge, j’ai lu Blade Runner, de Philip K. Dick.

Tout le monde connait le film, je crois, mais le livre est un peu différent. Dans un futur post-apo, on suit une journée d’un blade runner c’est à dire un flic chargé de tuer les androïdes évadés de Mars.

J’adore lire ces anciens récits de science-fiction. Ici, l’avenir se situe 30 and après l’année de parution du livre (1966) mais cet avenir est lui même daté d’il y a 30 ans. On peut alors jouer aux jeu des différences avec le monde actuel. Dans Blade Runner, les gens qui le peuvent ont migré sur Mars, accompagnés d’androïdes plus intelligents qu’eux. Il y a évidemment des voitures volantes et de la téléphonie vidéo mais par contre aucun GSM et aucune assistance dans les voitures. Les espèces animales sont presque toutes éteintes mais les gens peuvent en acheter à la pièce, de l’araignée à l’autruche, pour le prestige d’en posséder et ne “rien” en faire (pas même un programme de reproduction). La télévision et la religion sont en concurrence. On se fait un café en appuyant sur un bouton, les vitres sont opacifiables mais les lits ont toujours des courtepointes. C’est amusant.

L’histoire en elle-même est bien construite. L’intelligence des androïdes amène à de belles réflexions sur ce qui fait la spécificité humaine, principalement via l’empathie.

Un roman assez court que je recommande, 3 étoiles.

Et pour terminer le premier challenge de l’automne, j’ai découvert Carmilla, de Joseph Sheridan Le Fanu, pour la catégorie “vampires”.

Publié de 1871, 25 ans avant Dracula de Bram Stoker ce court roman est parait-il un classique du genre.

J’ai adoré l’écriture en elle-même. Tout le charme du livre tient en des phrases telles que “Le soleil, dans toute sa mélancolique splendeur, déclinait à l’horizon sylvestre ; la rivière qui coule à côté de notre château et passe sous le vieux pont dont j’ai parlé sinuait entre plusieurs groupes de nobles arbres, presque à nos pieds, reflétant sur ses eaux la pourpre évanescente du ciel.”

Par contre, en ce qui concerne l’histoire, ce qui pouvait peut-être passer pour un thriller à l’époque a perdu beaucoup de son suspens. Une jeune fille est hébergée dans une famille. Son identité est cachée et la fille de la maison se met à dépérir. Vient ensuite un ami dont la fille est décédée et qui relate exactement la même histoire. Ils arrivent à la conclusion qu’il s’agit d’une histoire de vampire et prennent les mesures nécessaires. Rien de bien original vu de notre époque.

A lire pour l’atmosphère plus que pour l’histoire. Et 3 étoiles selon moi.

Puis ce fut ce début du second challenge d’automne, trouvé sur LivrAddict.

J’ai commencé par Geisha, de Arthur Golden. C’est l’histoire d’une petite fille de pêcheur, vendu par son père à une maison de geishas. On suit son évolution dans le Japon des années 30 et 40, sa vie de geisha jusqu’à son expatriation aux États-Unis.

Que dire ? Ce roman est à la fois documentaire et niais. La petite est vendue, vit un quotidien infernal entre des adultes cruelles, doit se former pour racheter tout ce qu’elle aura coûté (y compris son prix d’achat), n’aura jamais aucune prise sur sa vie mais elle se console avec la beauté des kimonos et en fantasmant sur un homme important. Mwouais…

J’ai néanmoins passé un bon moment de lecture ce qui donne 3 étoiles.

Ensuite, je suis passée à une lecture plus facile qui était bien cotée mais de laquelle je n’attendais rien de spécial. Les derniers jours de Rabbit Hayes, de Anna McPartlin retrace comme son titre l’indique les derniers jours de Rabbit, mère célibataire, en maison de soins palliatifs.

Je savais que ce serait triste mais j’ai vraiment apprécié ma lecture. On découvre les moments importants de la vie de Rabbit, les liens avec ses proches et comment ceux-ci font face à son décès imminent. Comme l’histoire se passe en Irlande, le thème de la religion est important, Rabbit étant athée et sa mère fort religieuse.

Je trouve qu’on rentre très vite dans l’histoire, même si j’ai toujours du mal avec les romans qui ont de nombreux personnages. Les dialogues et situations sonnent juste et on rit autant qu’on pleure. C’est vraiment réussi. Je lui attribue 3 étoiles.

Et je vais terminer ce mois avec Le crépuscule et l’aube, de Ken Follett. Un beau pavé de plus de 800 pages. A suivre…

 


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Challenge “to do list Automne”

Pour l’instant, je dévore mes livres. J’ai ainsi déjà terminé les 12 livres de ma PAL du Pumpkin Automn Challenge, même si je dois encore publier les derniers comptes-rendus. Or, depuis peu, je me suis inscrite sur LivrAddict, qui outre la base de donnée livres/auteurs/éditions offre aussi un forum aux abonnés. Et qui dit lecteurs dit challenges. Pour rester dans le thème automnal, j’ai choisi de participer au challenge “to do list Automne” qui associe des activités de saison à des consignes de lecture. Ce challenge commence le 22 septembre et se termine le 21 décembre. Le but est de valider un maximum de consignes.

Voici la liste des consignes et la PAL que j’y ai associée :

PAL du challenge

1 –    Lire les livres de la rentrée littéraire : Un livre qui a été publié un mois de septembre

Sachant que le dernier Ken Follett est une histoire de Vikings et qu’il est sorti le 17 septembre, ce sera donc “Le crépuscule et l’Aube”. Un beau pavé de plus de 800 pages en grand format. J’espère juste que je n’y retrouverai pas trop de ressemblances avec “Les piliers de la Terre” que j’ai lu cet été, vu que c’est le tome “zéro” de la même saga.

2 –    La rentrée des classes : Le personnage principal va à l’école

J’ai entendu beaucoup de bien de “Une année chez les français” de Fouad Laroui. C’est l’histoire d’un enfant d’une petite école de l’Atlas marocain que son prof, voyant du potentiel en lui, envoie dans une grosse école de Casablanca. Choc culturel en vue.

Si je n’accroche pas, je relirai “Le petit Nicolas” de Sempé et Goscinny.

3 –    S’offrir une nouvelle garde-robe : Un personnage fait du shopping

Je ne suis pas du tout shopping et je n’ai pas envie de lire un énième Sophie Kinsella, même si je les apprécie. Mais grâce à Babelio, j’ai déniché un roman digne de Woody Allen : “Fleishman a des ennuis”, de Taffy Brodesser-Akner. Après sa séparation, un médecin juif New-Yorkais et père de famille se voit obligé d’assumer complètement toutes les facettes de la vie de famille. Il devrait donc faire du shopping aussi. Enfin j’espère sinon ça ne validera pas ce point 😀

4 –    Regarder un film d’horreur : Un fantôme dans l’histoire

“Beloved” de Toni Morrison est depuis longtemps dans ma PAL. Au XIXe siècle, Sethe, ancienne esclave, est hantée par le fantôme de sa fille qu’elle a égorgée. Dix-huit ans après, Beloved, une inconnue, entre dans sa vie. Ce roman a eu le Pulitzer en 1988.

5 –    Boire du thé : Une boisson chaude sur la couverture

“Les catilinaires” de notre Amélie Nothomb nationale a un café en couverture. Pour une comédie très noire, c’est cohérent. Je ne lis pas souvent d’Amélie Nothomb mais je sais que son style se lit facilement. Ce devrait donc être un bon petit moment de lecture.

6 –    Visiter des champs de citrouille : Une citrouille sur la couverture

J’ai déjà lu “La fête du Potiron” et “L’arbre d’Halloween”. Je n’ai pas d’autre idée pour ce point pour l’instant et je refuse de lire un livre de recettes 😀

7 –    Acheter de nouvelles fournitures scolaires : Un livre que vous venez juste d’acheter

On verra bien par quoi je vais me laisser tenter… Pas encore d’idée pour l’instant.

8 –    Manger des pommes : Des pommes sur la couverture

Pour ce point j’ai du chercher. J’ai trouvé un roman allemand de Katharina Hagena, “Le goût des pépins de pomme”. L’histoire de 3 générations de femmes. Le roman familial est un type de roman que je lis assez peu, même si la youtubeuse Margaud Liseuse que je suis avec plaisir en présente très régulièrement.

9 –    Visiter une maison hantée : Un livre du genre Horreur

Je n’apprécie pas spécialement ce genre mais Je vais peut-être me lancer dans “American Psycho” de Bret Easton Ellis. Ne fût-ce que pour ma culture générale et parce que jamais je ne supporterai de regarder le film.

10 –   Lire sous un plaid : Votre genre préféré

Mon genre préféré a longtemps été la science-fiction mais je verrai au moment où j’atteindrai ce point.

11 –   Jouer dans les feuilles : Un livre dont la couverture a des tons automnaux

Pour les belles couvertures de nature, on peut se fier à Gallmeister. Et en effet, en farfouillant dans les publications de cet éditeur, je vois qu’il me reste à lire “My absolute darling”, de Gabriel Tallent, qui, dans les tons bruns et verts, convient parfaitement.

12 –   Fêter Halloween : Une histoire qui se déroule pendant Halloween

Même problème que je point 6. Si vous avez des lectures à me suggérer, n’hésitez pas.

13 –   Aller au cinéma : Un livre adapté en film ou en série

Le choix est vaste, l’industrie cinématographique étant avide de romans à adapter. Je n’ai pas encore lu “Geisha” de Arthur Golden, ni vu son adaptation. Je pars donc avec cette idée.

14 –   Visiter un musée : Une scène se passe dans une musée

Quand je pense musée, je pense directement au Musée d’histoire naturelle de Londres. Son squelette de baleine suspendu dans le hall, ses escaliers incrustés de moulures d’animaux, ses salles gigantesques. Et bien, j’ai trouvé une histoire qui s’y déroule : “Kraken” de China Mieville. Une comédie noire de fantasy ayant pour point de départ la disparition d’un calmar immense. Kraken a remporté le prix Locus du meilleur roman de fantasy 2011 et le prix Masterton du meilleur roman étranger 2014. C’est un des livres qui me tente le plus sur ma liste.

15 –   Un bonbon ou un sort ? : Lire un livre du genre Jeunesse

Mais mais mais… Je n’ai pas encore de dystopie dans cette liste ! Je vais donc me faire plaisir avec le tome 1 de “Le labyrinthe” de James Dashner.

16 –   Faire une tarte : Le personnage principal fait de la pâtisserie

Ca sent la chick-lit, non ? “La meilleure d’entre nous” est un premier roman de Sarah Vaughan et retrace un concours de pâtisserie en Angleterre. Yummy !

17 –   Se balader en forêt : L’histoire se passe majoritairement dans une forêt

Encore un premier roman : “Manuel de survie à l’usage des jeunes filles”, de Mick Kitson. Deux soeurs font de la survie en plein hiver dans les Highlands, après s’être formées sur youtube, afin d’échapper à un environnement familial encore pire.

18 –   Célébrer la Toussaint : Un personnage meurt

C’était la couverture qui m’avait d’abord plu. “Les derniers jours de Rabbit Hayes” de Anna McPartlin raconte l’histoire d’une jeune femme qu’on emmène en maison de repos alors qu’il ne lui reste que 9 jours à vivre. Si vous me croisez et que j’ai les yeux rouges, vous saurez que je suis plongée dans cette histoire.

19 –   Manger des desserts avec de la cannelle : La couverture est à dominante marron

J’ai adoré le film “Gone girl” qui était l’adaptation du roman “Les apparences” de Gillian Flynn. J’espère que “Les lieux sombres”, de la même autrice, aura une intrigue aussi bien ficelée et pleine de rebondissements.

20 –   Préparer sa liste de cadeaux de Noël : Un livre qui était sur votre wish-list depuis longtemps

Je n’ai pas de wish-list ancienne sur LivrAddict mais par contre j’ai des romans que j’ai envie de relire. Je vais me laisser tenter par “l’Alchimiste” de Paulo Coelho. Je me rappelle qu’il m’avait fait forte impression quand je l’ai lu pendant mes études dans les années 90. Je me demande si j’aurai encore les mêmes émotions maintenant. Je vous tiens au courant 😉

Bon automne à toutes et tous


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Appelle-moi par ton nom, de André Aciman

couverture du livre

En Italie, la maison familiale accueille chaque été un universitaire. Cet été là le fils, Elio, vivra ses premiers émois avec Oliver, hôte charmeur et séduisant.

Il se passe très peu de choses dans la première partie du roman. Elio analyse chaque action, regard, parole d’Oliver, se sentant de plus en plus épris, alors qu’Oliver souffle le chaud et le froid. C’est long et exaspérant. La deuxième partie est un peu plus intéressant, il y a plus d’action.

Je sais que l’histoire est située dans les années 80 mais je n’ai pas aimé la manière dont les femmes sont utilisées comme “histoires parallèles”, comme figurantes même dans la vie des personnages.

Déception aussi quand à la pauvreté des conversations des protagonistes. Ce sont des intellectuels mais tout ce qu’on sait c’est qu’Elio fait des transcriptions de partitions, qu’Oliver travaille sur une traduction. On a bien quelques poèmes à la fin mais c’est vraiment trop peu.

Bref, une déception et 2 étoiles.


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Bilan lecture, mi-septembre 2020

Voici le résumé de mes lectures du début du mois de septembre. Comme j’ai eu une fréquence de lecture assez soutenue, je n’attends pas la fin du mois pour présenter un bilan.

J’avais commencé la relecture de Le clan de l’ours des cavernes, de Jean M. Auel un peu avant le début officiel du Pumpkin Autumn Challenge. Comme les thèmes abordés sont l’enfance, le nature-writing et le féminisme, c’était parfait pour le challenge.

Dans ce premier tome de la saga des Enfants de la Terre, on suit l’enfance de Ayla, enfant Cro-Magon recueillie par une petite tribu de Néandertal. J’ai beaucoup aimé comment l’autrice imagine les croyances de ce peuple, notamment l’explication de la fertilité des femmes par la puissance associée aux totems. La cueillette, la chasse, la médecine et les liens entre les clans sont dépeints de manière réaliste. C’est aussi amusant voir nos spécificités d’un autre point de vue comme par exemple la “laideur” d’Ayla avec son front droit et son menton et le fait que son nouveau-né soit considéré comme infirme car il ne tient pas sa tête.

On est vraiment immergé dans l’histoire et les 600 pages se dévorent très vite. Seul bémol, la fin est un peu précipitée et l’attribution du totem de Durc est à peine abordé.

J’avais lu ce livre lorsque j’étais jeune ado et le voulais savoir s’il me plairait toujours autant. Je n’ai absolument pas été déçue. Je lui attribue donc 5 étoiles.

Ensuite, j’ai choisi un roman historique qui est aussi un classique de la littérature américaine : La lettre écarlate, de Nathaniel Hawthorne, écrit en 1850.

Dans la petite colonie qu’est Boston au XVIIe siècle, une jeune femme, Hester Prynne, est condamnée à une peine de prison, au pilori et ensuite à porter la lettre “A” brodée sur ses vêtements suite à son adultère. En effet, son mari est resté en Europe et elle a mis au monde une petite fille sans révéler qui est le père.

[Spoiler] La relation toxique entre son mari, arrivé lors de son procès, et le pasteur et père de la petite est superbement décrite. On assiste au déclin du pasteur, sa honte et son isolement social dans le puritanisme de la société de l’époque. Face à cela, la petite Pearl, enfant turbulente et flamboyante offre un heureux contraste.[/spoiler]

Personnellement, j’ai trouvé le style et l’histoire forts “datés” et j’ai du m’accrocher pour arriver au bout. Je lui donne donc seulement 2 étoiles.

J’ai enchaîné avec une lecture facile d’un auteur dont j’ai déjà lu plusieurs ouvrages : Leviatemps, de Maxime Chattam.

L’histoire se passe à Paris en 1900, au moment de l’exposition universelle. Un romancier a tout abandonné pour se cacher dans un bordel le temps d’écrire un roman. Il se trouve confronté à la mort violente d’une prostituée et, voyant que l’affaire est étouffée, décide d’enquêter lui-même.

Le suspens est bien présent et le style rend la lecture très facile, mais j’ai trouvé la fin un peu bâclée. Le clou final dont je ne vais pas dévoiler la nature aurait du, selon moi, être mieux décrit. On reste un peu sur sa faim.

Spoiler
Le fait qu’un des meurtriers soit l’horloger alors que le 4e de couverture parle du “maître du temps” est aussi un peu dommage.

Au final, un chouette moment de lecture malgré tout et donc 3 étoiles.

J’ai lu ensuite un petit conte de fantasy : Maître Gilles de Ham, de Tolkien.

Un fermier est vu par tous comme un héros après avoir chassé un géant de la contrée bien malgré lui. Quand un dragon débarque, il se trouve embrigadé dans la troupe de chevaliers qui part à sa poursuite. Le fermier, pas très aventureux, est plus fin qu’on ne le pense et l’histoire est assez amusante. Un chouette petite conte auquel je donne 3 étoiles.

En “féminisme” j’ai lu Chère Ijeawele. Un manifeste pour une éducation féministe, de Chimamanda Ngozi Adichie. J’ai entendu parler de ce livre par les youtubeuse “The reading sisters” qui en disaient beaucoup de bien.

Effectivement, ce petit essai listant les conseils d’éducation féministe est assez exhaustif, mais je n’y ai rien trouvé de vraiment nouveau. A conseiller à une jeune maman qui découvrirait le sujet. Comme il est bien écrit je lui donne 3 étoiles.

Pour le thème “nature-writing” j’ai lu Délivrance de James Dickey dont l’adaptation en film que j’avais vu à la télévision alors que j’étais encore à l’école primaire m’avait un peu traumatisée. En effet, ce qui commence par un week-end entre potes se mue en désastre et termine en chasse à l’homme.

Mais reprenons : 4 amis décident de descendre une rivière en canoë avant la construction d’un barrage qui va transformer la région en lac. Lewis, la tête pensante est bien préparé et idéalise un peu la vie dans ces montagnes sauvages. Le narrateur, Ed, l’admire et se fie à lui. Il y a aussi Boddy et Drew qui se joignent à eux le temps du week-end.

[Spoiler] En repartant le 2e jour, ils tombent sur 2 timbrés du coin qui violent Bobby et sont à deux doigts de les tuer. Lewis intervient et tue l’un des deux hommes pendant que l’autre parvient à s’enfuir. Ils décident de taire l’affaire, enterrent le cadavre et reprennent leurs canoë mais Drew se fait tirer dessus et disparaît. S’ensuit une chasse à l’homme pour sauver leur peau.[/Spoiler]

J’ai trouvé ce récit moins dur que le film mais c’est peut-être parce que l’effet de surprise avait disparu. Ce qui m’a étonnée c’est la poésie des descriptions de la rivière et de la nature, alors même que le narrateur Ed dit ne rien connaître en taxinomie.

J’ai été happée par l’histoire et je n’ai pas lâché mon livre avant d’avoir fini, même si je ne peux pas dire que c’était toujours plaisant. Un beau 4 étoiles.

Comme pièce de théâtre, j’ai choisi de lire Le Jeu de l’amour et du hasard, de Marivaux. Cette pièce assez simple du 18e m’a fait penser à du Feydaux. Par contre, l’histoire est prévisible et le style est évidemment daté et un peu lourd, donc un petit 2 étoiles.

J’ai aussi lu l’excellent Transparence, de Marc Dugain, qui fait l’objet d’un article dédié.

En policier, j’ai choisi un Hercule Poirot : Le crime d’Halloween, d’Agatha Christie.

Lors d’une fête avec des enfants, on retrouve une petite fille noyée dans un seau. Hercule Poirot est appelé à la rescousse par une amie… Une enquête bien ficelée avec un peu de suspens à la fin. Classique mais efficace. Un bon moment à 3 étoiles.

Et pour finir, je dois vous parler de deux lectures abandonnées : The Wicked Deep, de Shea Ernshaw et Le lien maléfique, de Anne Rice.

Je ne vais pas mentir, la couverture de The Wicked Deep m’avait fait de l’oeil et j’avais envie de me plonger dans cette histoire de sorcières et de malédiction. Malheureusement, le style donne l’impression d’avoir été écrit par une ado sans vocabulaire et qui vivrait dans un monde clos où on fait la même fête chaque année quand bien même il y a chaque fois des morts inexpliquées. Avant d’abandonner, j’ai été lire quelques critiques positives (et il y en a beaucoup) et négatives mais non, ce livre n’était pas pour moi.

Anne Rice quand à elle est une référence en histoires de vampires. Je partais donc avec un à priori positif. Mais une fois placé le contexte des personnages actuels, le livre retrace TOUTE la généalogie de la famille. L’histoire de la première sorcière est vraiment prenante mais la suite n’a selon moi aucun intérêt. Il y a beaucoup de redites et au bout de 400 pages (la moitié du livre) on éprouve toujours le même ennui… Abandon, donc, mais après avoir vu qu’Anne Rice pouvait être capable de bien mieux.

J’ai encore pas mal de livres dans ma pile à lire mais n’hésitez pas à me conseiller l’une ou l’autre lecture de saison…

 

Transparence, de Marc Dugain

Couverture du livre "Transparence"

Nous sommes en 2060. Endless, une petite société islandaise d’analyse de données, arrive à transplanter l’âme humaine dans une réplique corporelle, rachète Google, annonce la fin de pans entiers de la société (élevage, alimentation, médecine,…) et crée un algorithme permettant de déterminer qui aura droit à l’immortalité. Fameux programme.

Ce qui pourrait passer pour une éloge du transhumanisme est en fait une critique acerbe de notre société contemporaine et de ses dérives. Prédation environnementale,  déresponsabilisation, appauvrissement intellectuel… En gros, le capitalisme à l’ère numérique.

Marc Dugain a le sens de la formule et le récit en lui-même passe régulièrement au second plan, servant plus de prétexte à des digressions philosophiques. La froideur de la narratrice et la fin inattendue en ont surpris plus d’un mais personnellement j’ai trouvé que c’était tout-à-fait cohérent.

Vous l’aurez compris, pour moi c’est une lecture “5 étoiles”.


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Cotations de lectures

Voici mon système de cotation des lectures :
1 étoile : entamé mais pas terminé
2 étoiles : lu mais je me demande bien pourquoi
3 étoiles : plaisant mais ne me laissera pas un souvenir extraordinaire
4 étoiles : vraiment passionnant et intéressant
5 étoiles : chef d’œuvre absolu ! (et que je relirai volontiers)

Je lis principalement sur liseuse ou via des emprunts en bibliothèque.
J’achète ensuite en papier ce qui me plaît vraiment ou les livres dans lesquels j’ai envie de surligner des passages entiers.

Lectures d’automne

Comme chaque année, je saute directement des vacances d’été aux joies de l’automne : les lectures au coin du feu. Tel un chat, je me pelotonne sous mon plaid, une boisson chaude à portée de main et je plonge dans mes lectures…

Cela fait maintenant 3 ans que je m’inspire du Pumpkin Autumn Challenge de Guimause. Rien de tel pour trouver des idées de lecture et se mettre dans l’ambiance. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse découvrir le principe…

Voici déjà ma PAL (pile à lire) pour ce challenge :

Automne frissonnant

  1. Je suis Médée, vieux crocodile (thriller)
    Leviatemps, Maxime Chattam ★★
  2. Les chimères de la Sylve rouge (vampires)
    Apostasie, Vincent Tassy
    Carmilla, Joseph Sheridan Le Fanu ★★★
  3. Les supplices de la Belladone (couverture noire)
    Le lien maléfique, Anne Rice ★
    Blade Runner, de Philip K. Dick ★★★
  4. Esprit es-tu là ? (passé)
    La lettre écarlate, Nathaniel Hawthorne ★★★

Automne douceur de vivre

  1. Il fait un temps épouvantail (halloween)
    Le crime d’Halloween, Agatha Christie ★★
  2. Siroter un chocolat chaud à la cannelle sous les saules (enfance)
    Le clan de l’ours des cavernes, Jean M. Auel ★★★★★
  3. Fáfnir ton assiette, sinon pas de piécette (contes)
    Maître Gilles de Ham, JRR Tolkien ★★★
  4. A window to the past (SFFF)
    The wicked deep, Shea Ernshaw ★
    Transparence, Marc Dugain ★★★★★

Automne des enchanteresses

  1. Les rêves d’Aurore (LGBT)
    Appelle-moi par ton nom, André Aciman ★★
  2. Sarah Bernhard, monstre sacré (théâtre)
    Le jeu de l’amour et du hasard, Marivaux ★★
  3. Les écailles de Mélusine (féminisme)
    Chère Ijeawele, Chimamanda Ngozi Adichie ★★★
  4. Nausicaa de la vallée du vent (nature-writing)
    Délivrance, James Dickey ★★★

A ce jour (10 septembre) j’ai déjà lu 9 livres sur les 12 de “l’appétit de goule”. Même si j’ai commencé le premier livre avec quelques jours d’avance, je pense que je suis bien lancée 😉

Mise à jour du 21 septembre : j’ai validé les 12 points, j’ai donc officiellement un “appétit de goule” 😉


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.