Bilan lecture, janvier 2022

Une année qui commence en beauté au point de vue lectures : 3 coups de coeur (dont la relecture de Moby Dick) et une reprise d’un bon rythme avec 8 livres lus !
Couvertures

L’oiseau moqueur, de Walter Tevis
Au XXVIe siècle, la Terre est peuplée d’humains sans responsabilités, sans stress (ils consomment des calmants), sans relations sociales. Les travaux sont assurés par des robots mais plus personne n’a la maîtrise de leur technologie. S’ils tombent en panne et qu’aucun robot ne sait les réparer, c’est fini. Un jour, un humain curieux apprend à lire…
J’ai adoré cette histoire ! Mais surtout les questionnements sur l’idéal de société qu’elle implique ! Si on comprend bien qu’être déresponsabilisé à ce point là c’est perdre notre humanité, où mettre le curseur ? Nous épargner les épreuves de la vie (douleur, maladie, perte de proches) est-ce totalement positif ? Peut-on vraiment s’affranchir des religions ?
Il parle aussi de la magie de la lecture : entendre l’auteur parler dans notre tête et partager son expérience, son savoir ou des idées de son imagination.
Ce roman n’est cependant « prise de tête ». On rit aussi avec les bêtises de l’automatisation ou les faiblesses de la nature humaine.
Un roman que je relirai sans doute, pas seulement pour l’histoire mais surtout pour les réflexions qu’il amène.
L’auteur, Walter Tevis, a aussi écrit Le jeu de la dame adapté en série en 2020 et L’arnaqueur adapté en film « La couleur de l’argent » avec Tom Cruise et Paul Newman.
★★★★

L’Embaumeur ou l’odieuse confession de Victor Renard, de Isabelle Duquesnoy
Retour dans le passé : à la fin du XVIIIe siècle, juste après la révolution française, Victor Renard, un embaumeur, se défend à son procès. Il raconte son histoire, de sa naissance où il a étranglé son frère jumeau avec son cordon ombilical, son enfance sous l’emprise de son odieuse mère, son emploi d’embaumeur, ses amours.
J’ai commencé ce livre sans savoir où il mènerait et j’ai aimé découvrir l’histoire de ce pauvre homme. Je n’en dirai pas plus mais ce n’était pas de tout repos. Pauvre hommme.
★★★

Les Zinzins d’Olive-Oued, de Terry Pratchett
Le cinéma arrive au disque-monde ! Mais aussi ses producteurs véreux, ses starlettes, et d’autres créatures issues de l’imagination de Terry Pratchett.
Bon, soyons francs, j’ai trouvé que ce n’était clairement pas le meilleur tome de la saga des annales du disque-monde. Les références aux premiers temps du cinéma sont légions, les aventures rocambolesques, mais malgré tout je me suis franchement ennuyée. Même Terry Pratchett ne peut pas faire que des chefs-d’oeuvre.
★★

Là où chantent les écrevisses, de Delia Owens
Kya grandit seule dans sa cabane au milieu des marais de Caroline du Nord après que sa famille l’ait abandonnée.
Ce roman est une ode à cette nature hostile (ou du moins totalement indifférente et amorale) mais si riche. C’est aussi un récit d’apprentissage, une histoire de solitude, d’amitiés, d’amour, de déceptions.
Dès les premières pages, j’ai été sous le charme ! Je n’en dirai donc pas plus sur l’histoire en elle-même pour vous laisser le plaisir de la découverte. Ce sont 400 pages que j’ai dévorées en seulement 3 jours. Un chef d’oeuvre.
★★★★

Il n’est pire aveugle, de John Boyle
Odran Yates, entré au séminaire à l’âge de neuf ans dans les années 70, revient dans les années 2000 sur sa vie de prêtre et les personnes qu’il a côtoyées. Il se questionne : est-il réellement aussi innocent qu’il le pense dans le scandale de la pédophilie dans l’Eglise Irlandaise ?
Un très beau récit qui questionne la responsabilité de chacun dans ce scandale. L’auteur parvient à vous montrer toute l’horreur de la maltraitance sans jamais être voyeuriste. Au contraire, le sujet est vraiment très bien abordé et ce récit se lit d’une traite.
Petit bémol cependant pour les multiples aller-retour à des époques différentes où le narrateur annonce des points importants sans en parler tout de suite. C’est genre de « ficelle » narrative qui m’énerve un peu.
★★★

Apprendre, si par bonheur, de Becky Chambers
Quatre astronautes sont en mission d’exploration d’exoplanètes potentiellement habitées à plus de 14 années-lumières de la Terre
J’avais entendu beaucoup de bien de ce cour roman. Et effectivement. C’est de la SF fluide, bienveillante, humaine. Les personnage sont attentionnés et avides de connaissances, de sciences dans ce qu’elle a de plus noble. On prend plaisir à les suivre, leurs découvertes, leur quotidien, leurs questionnements. C’est très sympa même si ça ne révolutionne pas le genre.
★★★

Moby Dick, de Herman Melville
On ne présente plus l’histoire de la baleine blanche et du capitaine Achab.
Quelle plume ! J’ai encore plus apprécié cette relecture que la première fois. Je me rappelais du côté encyclopédique (et daté) du roman mais pas de la fin (différente du film et qui tient en 3 chapitres). Quand au style, tellement de vocabulaire, de références,… C’est exigeant mais ça en vaut vraiment la peine.
★★★★

Honoré et moi, de Titiou Lecoq
Biographie étonnante de Balzac. L’autrice nous explique a quel point il était dépensier, arriviste, mytho, malchanceux et néanmoins charmeur.
C’est intéressant, instructif et plaisant à lire si ce n’étaient les remarques d’actualité de l’autrice qui perturbent le sujet.
Un peu dommage parce que le fond était vraiment excellent.
★★★


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.