Challenge “to do list Automne”

Pour l’instant, je dévore mes livres. J’ai ainsi déjà terminé les 12 livres de ma PAL du Pumpkin Automn Challenge, même si je dois encore publier les derniers comptes-rendus. Or, depuis peu, je me suis inscrite sur LivrAddict, qui outre la base de donnée livres/auteurs/éditions offre aussi un forum aux abonnés. Et qui dit lecteurs dit challenges. Pour rester dans le thème automnal, j’ai choisi de participer au challenge “to do list Automne” qui associe des activités de saison à des consignes de lecture. Ce challenge commence le 22 septembre et se termine le 21 décembre. Le but est de valider un maximum de consignes.

Voici la liste des consignes et la PAL que j’y ai associée :

PAL du challenge

1 –    Lire les livres de la rentrée littéraire : Un livre qui a été publié un mois de septembre

Sachant que le dernier Ken Follett est une histoire de Vikings et qu’il est sorti le 17 septembre, ce sera donc “Le crépuscule et l’Aube”. Un beau pavé de plus de 800 pages en grand format. J’espère juste que je n’y retrouverai pas trop de ressemblances avec “Les piliers de la Terre” que j’ai lu cet été, vu que c’est le tome “zéro” de la même saga.

2 –    La rentrée des classes : Le personnage principal va à l’école

J’ai entendu beaucoup de bien de “Une année chez les français” de Fouad Laroui. C’est l’histoire d’un enfant d’une petite école de l’Atlas marocain que son prof, voyant du potentiel en lui, envoie dans une grosse école de Casablanca. Choc culturel en vue.

Si je n’accroche pas, je relirai “Le petit Nicolas” de Sempé et Goscinny.

3 –    S’offrir une nouvelle garde-robe : Un personnage fait du shopping

Je ne suis pas du tout shopping et je n’ai pas envie de lire un énième Sophie Kinsella, même si je les apprécie. Mais grâce à Babelio, j’ai déniché un roman digne de Woody Allen : “Fleishman a des ennuis”, de Taffy Brodesser-Akner. Après sa séparation, un médecin juif New-Yorkais et père de famille se voit obligé d’assumer complètement toutes les facettes de la vie de famille. Il devrait donc faire du shopping aussi. Enfin j’espère sinon ça ne validera pas ce point 😀

4 –    Regarder un film d’horreur : Un fantôme dans l’histoire

“Beloved” de Toni Morrison est depuis longtemps dans ma PAL. Au XIXe siècle, Sethe, ancienne esclave, est hantée par le fantôme de sa fille qu’elle a égorgée. Dix-huit ans après, Beloved, une inconnue, entre dans sa vie. Ce roman a eu le Pulitzer en 1988.

5 –    Boire du thé : Une boisson chaude sur la couverture

“Les catilinaires” de notre Amélie Nothomb nationale a un café en couverture. Pour une comédie très noire, c’est cohérent. Je ne lis pas souvent d’Amélie Nothomb mais je sais que son style se lit facilement. Ce devrait donc être un bon petit moment de lecture.

6 –    Visiter des champs de citrouille : Une citrouille sur la couverture

J’ai déjà lu “La fête du Potiron” et “L’arbre d’Halloween”. Je n’ai pas d’autre idée pour ce point pour l’instant et je refuse de lire un livre de recettes 😀

7 –    Acheter de nouvelles fournitures scolaires : Un livre que vous venez juste d’acheter

On verra bien par quoi je vais me laisser tenter… Pas encore d’idée pour l’instant.

8 –    Manger des pommes : Des pommes sur la couverture

Pour ce point j’ai du chercher. J’ai trouvé un roman allemand de Katharina Hagena, “Le goût des pépins de pomme”. L’histoire de 3 générations de femmes. Le roman familial est un type de roman que je lis assez peu, même si la youtubeuse Margaud Liseuse que je suis avec plaisir en présente très régulièrement.

9 –    Visiter une maison hantée : Un livre du genre Horreur

Je n’apprécie pas spécialement ce genre mais Je vais peut-être me lancer dans “American Psycho” de Bret Easton Ellis. Ne fût-ce que pour ma culture générale et parce que jamais je ne supporterai de regarder le film.

10 –   Lire sous un plaid : Votre genre préféré

Mon genre préféré a longtemps été la science-fiction mais je verrai au moment où j’atteindrai ce point.

11 –   Jouer dans les feuilles : Un livre dont la couverture a des tons automnaux

Pour les belles couvertures de nature, on peut se fier à Gallmeister. Et en effet, en farfouillant dans les publications de cet éditeur, je vois qu’il me reste à lire “My absolute darling”, de Gabriel Tallent, qui, dans les tons bruns et verts, convient parfaitement.

12 –   Fêter Halloween : Une histoire qui se déroule pendant Halloween

Même problème que je point 6. Si vous avez des lectures à me suggérer, n’hésitez pas.

13 –   Aller au cinéma : Un livre adapté en film ou en série

Le choix est vaste, l’industrie cinématographique étant avide de romans à adapter. Je n’ai pas encore lu “Geisha” de Arthur Golden, ni vu son adaptation. Je pars donc avec cette idée.

14 –   Visiter un musée : Une scène se passe dans une musée

Quand je pense musée, je pense directement au Musée d’histoire naturelle de Londres. Son squelette de baleine suspendu dans le hall, ses escaliers incrustés de moulures d’animaux, ses salles gigantesques. Et bien, j’ai trouvé une histoire qui s’y déroule : “Kraken” de China Mieville. Une comédie noire de fantasy ayant pour point de départ la disparition d’un calmar immense. Kraken a remporté le prix Locus du meilleur roman de fantasy 2011 et le prix Masterton du meilleur roman étranger 2014. C’est un des livres qui me tente le plus sur ma liste.

15 –   Un bonbon ou un sort ? : Lire un livre du genre Jeunesse

Mais mais mais… Je n’ai pas encore de dystopie dans cette liste ! Je vais donc me faire plaisir avec le tome 1 de “Le labyrinthe” de James Dashner.

16 –   Faire une tarte : Le personnage principal fait de la pâtisserie

Ca sent la chick-lit, non ? “La meilleure d’entre nous” est un premier roman de Sarah Vaughan et retrace un concours de pâtisserie en Angleterre. Yummy !

17 –   Se balader en forêt : L’histoire se passe majoritairement dans une forêt

Encore un premier roman : “Manuel de survie à l’usage des jeunes filles”, de Mick Kitson. Deux soeurs font de la survie en plein hiver dans les Highlands, après s’être formées sur youtube, afin d’échapper à un environnement familial encore pire.

18 –   Célébrer la Toussaint : Un personnage meurt

C’était la couverture qui m’avait d’abord plu. “Les derniers jours de Rabbit Hayes” de Anna McPartlin raconte l’histoire d’une jeune femme qu’on emmène en maison de repos alors qu’il ne lui reste que 9 jours à vivre. Si vous me croisez et que j’ai les yeux rouges, vous saurez que je suis plongée dans cette histoire.

19 –   Manger des desserts avec de la cannelle : La couverture est à dominante marron

J’ai adoré le film “Gone girl” qui était l’adaptation du roman “Les apparences” de Gillian Flynn. J’espère que “Les lieux sombres”, de la même autrice, aura une intrigue aussi bien ficelée et pleine de rebondissements.

20 –   Préparer sa liste de cadeaux de Noël : Un livre qui était sur votre wish-list depuis longtemps

Je n’ai pas de wish-list ancienne sur LivrAddict mais par contre j’ai des romans que j’ai envie de relire. Je vais me laisser tenter par “l’Alchimiste” de Paulo Coelho. Je me rappelle qu’il m’avait fait forte impression quand je l’ai lu pendant mes études dans les années 90. Je me demande si j’aurai encore les mêmes émotions maintenant. Je vous tiens au courant 😉

Bon automne à toutes et tous


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Appelle-moi par ton nom, de André Aciman

couverture du livre

En Italie, la maison familiale accueille chaque été un universitaire. Cet été là le fils, Elio, vivra ses premiers émois avec Oliver, hôte charmeur et séduisant.

Il se passe très peu de choses dans la première partie du roman. Elio analyse chaque action, regard, parole d’Oliver, se sentant de plus en plus épris, alors qu’Oliver souffle le chaud et le froid. C’est long et exaspérant. La deuxième partie est un peu plus intéressant, il y a plus d’action.

Je sais que l’histoire est située dans les années 80 mais je n’ai pas aimé la manière dont les femmes sont utilisées comme “histoires parallèles”, comme figurantes même dans la vie des personnages.

Déception aussi quand à la pauvreté des conversations des protagonistes. Ce sont des intellectuels mais tout ce qu’on sait c’est qu’Elio fait des transcriptions de partitions, qu’Oliver travaille sur une traduction. On a bien quelques poèmes à la fin mais c’est vraiment trop peu.

Bref, une déception et 2 étoiles.


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Bilan lecture, mi-septembre 2020

Voici le résumé de mes lectures du début du mois de septembre. Comme j’ai eu une fréquence de lecture assez soutenue, je n’attends pas la fin du mois pour présenter un bilan.

J’avais commencé la relecture de Le clan de l’ours des cavernes, de Jean M. Auel un peu avant le début officiel du Pumpkin Autumn Challenge. Comme les thèmes abordés sont l’enfance, le nature-writing et le féminisme, c’était parfait pour le challenge.

Dans ce premier tome de la saga des Enfants de la Terre, on suit l’enfance de Ayla, enfant Cro-Magon recueillie par une petite tribu de Néandertal. J’ai beaucoup aimé comment l’autrice imagine les croyances de ce peuple, notamment l’explication de la fertilité des femmes par la puissance associée aux totems. La cueillette, la chasse, la médecine et les liens entre les clans sont dépeints de manière réaliste. C’est aussi amusant voir nos spécificités d’un autre point de vue comme par exemple la “laideur” d’Ayla avec son front droit et son menton et le fait que son nouveau-né soit considéré comme infirme car il ne tient pas sa tête.

On est vraiment immergé dans l’histoire et les 600 pages se dévorent très vite. Seul bémol, la fin est un peu précipitée et l’attribution du totem de Durc est à peine abordé.

J’avais lu ce livre lorsque j’étais jeune ado et le voulais savoir s’il me plairait toujours autant. Je n’ai absolument pas été déçue. Je lui attribue donc 5 étoiles.

Ensuite, j’ai choisi un roman historique qui est aussi un classique de la littérature américaine : La lettre écarlate, de Nathaniel Hawthorne, écrit en 1850.

Dans la petite colonie qu’est Boston au XVIIe siècle, une jeune femme, Hester Prynne, est condamnée à une peine de prison, au pilori et ensuite à porter la lettre “A” brodée sur ses vêtements suite à son adultère. En effet, son mari est resté en Europe et elle a mis au monde une petite fille sans révéler qui est le père.

[Spoiler] La relation toxique entre son mari, arrivé lors de son procès, et le pasteur et père de la petite est superbement décrite. On assiste au déclin du pasteur, sa honte et son isolement social dans le puritanisme de la société de l’époque. Face à cela, la petite Pearl, enfant turbulente et flamboyante offre un heureux contraste.[/spoiler]

Personnellement, j’ai trouvé le style et l’histoire forts “datés” et j’ai du m’accrocher pour arriver au bout. Je lui donne donc seulement 2 étoiles.

J’ai enchaîné avec une lecture facile d’un auteur dont j’ai déjà lu plusieurs ouvrages : Leviatemps, de Maxime Chattam.

L’histoire se passe à Paris en 1900, au moment de l’exposition universelle. Un romancier a tout abandonné pour se cacher dans un bordel le temps d’écrire un roman. Il se trouve confronté à la mort violente d’une prostituée et, voyant que l’affaire est étouffée, décide d’enquêter lui-même.

Le suspens est bien présent et le style rend la lecture très facile, mais j’ai trouvé la fin un peu bâclée. Le clou final dont je ne vais pas dévoiler la nature aurait du, selon moi, être mieux décrit. On reste un peu sur sa faim.

[spoiler] Le fait qu’un des meurtriers soit l’horloger alors que le 4e de couverture parle du “maître du temps” est aussi un peu dommage.[/spoiler]

Au final, un chouette moment de lecture malgré tout et donc 3 étoiles.

J’ai lu ensuite un petit conte de fantasy : Maître Gilles de Ham, de Tolkien.

Un fermier est vu par tous comme un héros après avoir chassé un géant de la contrée bien malgré lui. Quand un dragon débarque, il se trouve embrigadé dans la troupe de chevaliers qui part à sa poursuite. Le fermier, pas très aventureux, est plus fin qu’on ne le pense et l’histoire est assez amusante. Un chouette petite conte auquel je donne 3 étoiles.

En “féminisme” j’ai lu Chère Ijeawele. Un manifeste pour une éducation féministe, de Chimamanda Ngozi Adichie. J’ai entendu parler de ce livre par les youtubeuse “The reading sisters” qui en disaient beaucoup de bien.

Effectivement, ce petit essai listant les conseils d’éducation féministe est assez exhaustif, mais je n’y ai rien trouvé de vraiment nouveau. A conseiller à une jeune maman qui découvrirait le sujet. Comme il est bien écrit je lui donne 3 étoiles.

Pour le thème “nature-writing” j’ai lu Délivrance de James Dickey dont l’adaptation en film que j’avais vu à la télévision alors que j’étais encore à l’école primaire m’avait un peu traumatisée. En effet, ce qui commence par un week-end entre potes se mue en désastre et termine en chasse à l’homme.

Mais reprenons : 4 amis décident de descendre une rivière en canoë avant la construction d’un barrage qui va transformer la région en lac. Lewis, la tête pensante est bien préparé et idéalise un peu la vie dans ces montagnes sauvages. Le narrateur, Ed, l’admire et se fie à lui. Il y a aussi Boddy et Drew qui se joignent à eux le temps du week-end.

[Spoiler] En repartant le 2e jour, ils tombent sur 2 timbrés du coin qui violent Bobby et sont à deux doigts de les tuer. Lewis intervient et tue l’un des deux hommes pendant que l’autre parvient à s’enfuir. Ils décident de taire l’affaire, enterrent le cadavre et reprennent leurs canoë mais Drew se fait tirer dessus et disparaît. S’ensuit une chasse à l’homme pour sauver leur peau.[/Spoiler]

J’ai trouvé ce récit moins dur que le film mais c’est peut-être parce que l’effet de surprise avait disparu. Ce qui m’a étonnée c’est la poésie des descriptions de la rivière et de la nature, alors même que le narrateur Ed dit ne rien connaître en taxinomie.

J’ai été happée par l’histoire et je n’ai pas lâché mon livre avant d’avoir fini, même si je ne peux pas dire que c’était toujours plaisant. Un beau 4 étoiles.

Comme pièce de théâtre, j’ai choisi de lire Le Jeu de l’amour et du hasard, de Marivaux. Cette pièce assez simple du 18e m’a fait penser à du Feydaux. Par contre, l’histoire est prévisible et le style est évidemment daté et un peu lourd, donc un petit 2 étoiles.

J’ai aussi lu l’excellent Transparence, de Marc Dugain, qui fait l’objet d’un article dédié.

En policier, j’ai choisi un Hercule Poirot : Le crime d’Halloween, d’Agatha Christie.

Lors d’une fête avec des enfants, on retrouve une petite fille noyée dans un seau. Hercule Poirot est appelé à la rescousse par une amie… Une enquête bien ficelée avec un peu de suspens à la fin. Classique mais efficace. Un bon moment à 3 étoiles.

Et pour finir, je dois vous parler de deux lectures abandonnées : The Wicked Deep, de Shea Ernshaw et Le lien maléfique, de Anne Rice.

Je ne vais pas mentir, la couverture de The Wicked Deep m’avait fait de l’oeil et j’avais envie de me plonger dans cette histoire de sorcières et de malédiction. Malheureusement, le style donne l’impression d’avoir été écrit par une ado sans vocabulaire et qui vivrait dans un monde clos où on fait la même fête chaque année quand bien même il y a chaque fois des morts inexpliquées. Avant d’abandonner, j’ai été lire quelques critiques positives (et il y en a beaucoup) et négatives mais non, ce livre n’était pas pour moi.

Anne Rice quand à elle est une référence en histoires de vampires. Je partais donc avec un à priori positif. Mais une fois placé le contexte des personnages actuels, le livre retrace TOUTE la généalogie de la famille. L’histoire de la première sorcière est vraiment prenante mais la suite n’a selon moi aucun intérêt. Il y a beaucoup de redites et au bout de 400 pages (la moitié du livre) on éprouve toujours le même ennui… Abandon, donc, mais après avoir vu qu’Anne Rice pouvait être capable de bien mieux.

J’ai encore pas mal de livres dans ma pile à lire mais n’hésitez pas à me conseiller l’une ou l’autre lecture de saison…

 

Transparence, de Marc Dugain

Couverture du livre "Transparence"

Nous sommes en 2060. Endless, une petite société islandaise d’analyse de données, arrive à transplanter l’âme humaine dans une réplique corporelle, rachète Google, annonce la fin de pans entiers de la société (élevage, alimentation, médecine,…) et crée un algorithme permettant de déterminer qui aura droit à l’immortalité. Fameux programme.

Ce qui pourrait passer pour une éloge du transhumanisme est en fait une critique acerbe de notre société contemporaine et de ses dérives. Prédation environnementale,  déresponsabilisation, appauvrissement intellectuel… En gros, le capitalisme à l’ère numérique.

Marc Dugain a le sens de la formule et le récit en lui-même passe régulièrement au second plan, servant plus de prétexte à des digressions philosophiques. La froideur de la narratrice et la fin inattendue en ont surpris plus d’un mais personnellement j’ai trouvé que c’était tout-à-fait cohérent.

Vous l’aurez compris, pour moi c’est une lecture “5 étoiles”.


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Cotations de lectures

Voici mon système de cotation des lectures :
1 étoile : entamé mais pas terminé
2 étoiles : lu mais je me demande bien pourquoi
3 étoiles : plaisant mais ne me laissera pas un souvenir extraordinaire
4 étoiles : vraiment passionnant et intéressant
5 étoiles : chef d’œuvre absolu ! (et que je relirai volontiers)

Je lis principalement sur liseuse ou via des emprunts en bibliothèque.
J’achète ensuite en papier ce qui me plaît vraiment ou les livres dans lesquels j’ai envie de surligner des passages entiers.

Lectures d’automne

Comme chaque année, je saute directement des vacances d’été aux joies de l’automne : les lectures au coin du feu. Tel un chat, je me pelotonne sous mon plaid, une boisson chaude à portée de main et je plonge dans mes lectures…

Cela fait maintenant 3 ans que je m’inspire du Pumpkin Autumn Challenge de Guimause. Rien de tel pour trouver des idées de lecture et se mettre dans l’ambiance. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse découvrir le principe…

Voici déjà ma PAL (pile à lire) pour ce challenge :

Automne frissonnant

  1. Je suis Médée, vieux crocodile (thriller)
    Leviatemps, Maxime Chattam ★★
  2. Les chimères de la Sylve rouge (vampires)
    Apostasie, Vincent Tassy
    Carmilla, Joseph Sheridan Le Fanu ★★★
  3. Les supplices de la Belladone (couverture noire)
    Le lien maléfique, Anne Rice ★
    Blade Runner, de Philip K. Dick ★★★
  4. Esprit es-tu là ? (passé)
    La lettre écarlate, Nathaniel Hawthorne ★★★

Automne douceur de vivre

  1. Il fait un temps épouvantail (halloween)
    Le crime d’Halloween, Agatha Christie ★★
  2. Siroter un chocolat chaud à la cannelle sous les saules (enfance)
    Le clan de l’ours des cavernes, Jean M. Auel ★★★★★
  3. Fáfnir ton assiette, sinon pas de piécette (contes)
    Maître Gilles de Ham, JRR Tolkien ★★★
  4. A window to the past (SFFF)
    The wicked deep, Shea Ernshaw ★
    Transparence, Marc Dugain ★★★★★

Automne des enchanteresses

  1. Les rêves d’Aurore (LGBT)
    Appelle-moi par ton nom, André Aciman ★★
  2. Sarah Bernhard, monstre sacré (théâtre)
    Le jeu de l’amour et du hasard, Marivaux ★★
  3. Les écailles de Mélusine (féminisme)
    Chère Ijeawele, Chimamanda Ngozi Adichie ★★★
  4. Nausicaa de la vallée du vent (nature-writing)
    Délivrance, James Dickey ★★★

A ce jour (10 septembre) j’ai déjà lu 9 livres sur les 12 de “l’appétit de goule”. Même si j’ai commencé le premier livre avec quelques jours d’avance, je pense que je suis bien lancée 😉

Mise à jour du 21 septembre : j’ai validé les 12 points, j’ai donc officiellement un “appétit de goule” 😉


Ce blog ne contient aucune publicité et ne vous trace pas. N’hésitez donc pas à me laisser un petit commentaire si vous appréciez ce contenu.
Vous pouvez aussi consulter la liste de mes chroniques littéraires ou mon système de cotation des livres.

Mon jeûne hygiéniste

Je viens juste de faire un premier jeûne et comme j’ai eu beaucoup de questions, je vais tenter ici d’y répondre le plus clairement possible.

Qu’est-ce qu’un jeûne hygiéniste ?
Le jeûne hygiéniste est un jeûne “qui laisse le corps décider”. En gros, on laisse faire et on n’intervient pas. Pas de lavement avant, pas de prise alimentaire pour que ce soit plus confortable, rien du tout. On boit juste de l’eau si on veut (on ne se force pas si on n’a pas soif).
Le mieux aussi est de pouvoir se reposer. En effet, le corps passe en “inversion énergétique” et utilise donc toutes ses ressources (dont celles habituellement utilisées à digérer) pour se régénérer.

On arrête “juste” de manger ?
On pourrait mais ce serait quand même un peu rude pour l’organisme 😀 Personnellement, je me suis beaucoup renseignée avant de me lancer et j’ai fait une descente alimentaire sur 21 jours avant d’arriver au jeûne en lui-même. La descente alimentaire consiste à rééquilibrer l’alimentation dans un premier temps, puis diminuer la ration calorique et le volume ingéré.
Normalement, on maintient chaque palier le temps que le poids se stabilise mais j’avais l’impression que j’aurais moins difficile de ne rien manger qu’à manger peu donc j’ai un peu accéléré sur la fin.
Ce qui a donné :
11 jours de rééquilibrage (pas de sucre raffiné, café, alcool, frites, chips,…)
5 jours de régime dissocié : on mange des fruits et/ou légumes avec soit des protéines, soit des féculents
3 jours de régime cellulosique : on ne mange que des fruits et légumes
2 jours de jus de légumes
le jeûne

C’est pour maigrir ?
Non. On maigrit inévitablement mais on est sensé tout reprendre après. L’idée c’est surtout de faire une “détox” (même si je n’aime pas ce mot). Avec un jeûne court de 5 jours comme je comptais faire il parait qu’on nettoie sang et lymphe et si on prolonge (ce qui n’est pas recommandé du tout sans suivi) on nettoie les organes puis encore après on rétabli la communication harmonieuse de l’ensemble.

On crève de faim, non ?
Et bien non. Enfin pas moi. J’avais déjà fait quelques journées sans manger et je crois que ça et la descente m’ont bien aidés. Pour ces journées, je ne parle pas vraiment de jeûne parce que je ne changeais rien à mon quotidien. C’était juste une pause de digestion. On va voir qu’ici ça a été fort différent.

Et donc, comment ça s’est passé ?
Les 2 premiers jours du rééquilibrage, j’ai eu un léger mal de tête mais sans plus. Un classique pour moi à l’arrêt du café et du sucre.
Au 3e jour du régime dissocié (duquel je n’attendais pas d’effet particulier), j’ai senti une grande vivacité d’esprit, une lucidité. Vraiment étonnant et à expérimenter pour ceux qui doivent passer un examen, par exemple. En plus, cette phase est vraiment facile vu qu’il suffit juste de choisir entre protéines ou féculents. Si on fait un “gros bolo” pour la famille, par exemple, on peut choisir de manger les pâtes sauce tomate ou juste la viande et la sauce (s’il y a assez de légumes dedans). Rien de trop frustrant.
Jusque là, je n’ai même pas perdu de poids.
J’appréhendais un peu plus le passage au régime “légumes”. Si là ça devient un peu plus difficile de manger en famille. J’ai été étonnée par l’énergie que j’avais encore. J’ai notamment fait un dernière séance de crossfit tout à fait valable en ayant mangé la veille 1/2 chou-fleur vapeur et le matin une banane. Comme quoi, on a des réserves.
Sur ces 3 jours j’ai perdu 1 kg.
Ensuite, passage à 2 jours “au jus”. Entendons nous bien, quand je dis jus je ne parle pas de V8. C’est du jus fait maison à l’extracteur et de quantités de légumes qu’on pourrait manger si on ne les passait pas en jus. Ca donne 4 petits verres par jour ! Là, le 2e jours j’ai commencé à sentir un début de fatigue.
Sur ces 2 jours j’ai encore perdu 1 kg.
Passage au jeûne maintenant. Grosse fatigue dès le premier jour : obligée de faire une sieste la matin et 2 autres après-midi. Grosse transpiration au réveil, bouche pâteuse mais sinon rien de vraiment désagréable.
2e jour de jeûne : moins 2 kg au réveil sur la balance en 24h !! Args. Là je me dis que les 5 jours vont devoir être revus à la baisse si ça continue vu que d’après mes lectures, mon poids de sécurité est à 47 kg (je partais de 56 et je pensais avoir bien de la marge). Je suis encore plus fatiguée que la veille. Je sens que tout travaille : un moment c’est une sensation de brûlure dans une articulation, après c’est des gargouillis, la bouche très pâteuse, des odeurs, des vomissements acides… Je me sens comme un fantôme damné 😀
3e jour de jeûne : 1,5kg en moins. Curieusement, ça va un peu mieux malgré une nuit difficile. J’ai la force de prendre une douche, de sortir chercher le courrier et de répondre quand le voisin vient sonner. La journée est encore ponctuée de sieste mais ça va mieux.
4e jour de jeûne : j’arrête l’expérience après une nuit à ne pas savoir comment me tourner. Est-ce à force de rester alitée ou est-ce le manque de mon “rembourrage” habituel, j’ai mal partout. Je me fais un bouillon de légumes que je boirai tout au long de la journée. Je passe enfin une après-midi sans devoir dormir.
Le jour suivant : Réveil à 7h. Encore un peu faiblarde mais sinon je suis en pleine forme. Au final, j’ai perdu un peu plus de 7 kg.

Et au final ?
Il faudrait des analyses médicales pour être exhaustif mais je remarque que je respire comme si j’étais en montagne et surtout je me suis débarrassée de ma tendinite à l’épaule qui me pourrisssait la vie depuis des mois. Il me reste juste à me remplumer un peu et tout ira bien.

Pour en savoir plus
Ma base a été le petit livre “la détoxination par paliers” de Désiré Mérien chez Jouvence.
Les causeries du naturopathe Fabien Moine sur youtube sont aussi une mine d’information. Comme l’efficacité du jeûne peut être entravée par la peur, il est fondamental de connaître les effets indésirables possibles pour vivre son jeûne sereinement. Même si le jeûne est bénéfique dans la majorité des cas, il est possible qu’une pathologie soit une contre-indication formelle.
Fabien Moine organise régulièrement des stages de jeûne.

Twitter et le piratage

Dans la série “si ça peut être piraté, ça sera piraté”, hier les comptes twitter de Elon Musk, Barack Obama, Bill Gates, Joe Biden mais aussi Apple et Uber ont été piratés et ont affiché des messages qui étaient des arnaques.

Si vous pensiez être tranquille avec votre mot de passe identique pour tous les sites et du format “password123”, dites-vous que c’est un peu comme si vous étiez certains de ne pas être cambriolés parce que vous cachez la clé sous le paillasson.

Et ce qui se passe tous les jours sur internet arrive bientôt dans vos objets du quotidien connectés. Yiiiihaaaa !

Dater un export dans phpMyAdmin

Quand on exporte sa base de données dans phpMyAdmin, il y a moyen de dater son export dans le nom de fichier.

En effet, en plus des formats de chaînes de type @VARIABLE@ (tels que @DATABASE@ ), on peut utiliser les formats de strftime.

Pour un nom de base de donnée suivi de la date au format YYYYmmdd_HHMM, on pourra écrire :

@DATABASE@_%Y%m%d_%H%M

Plus d’infos sur les mots-clés dans la FAQ phpMyAdmin.

Plus d’infos sur le format de date dans la documentation PHP de strftime.

Documenter un package avec des diagrammes UML

C’est bien beau Javadoc mais ça manque quand même cruellement de visuels. Je vais rapidement expliquer comment remédier à ça.

Avant de me lancer dans un développement, j’aime bien noter rapidement mes idées et notamment faire un petit diagramme de classes en UML. En Java, j’utilise PlantUML dans mon IDE IntelliJ. PlantUML a 2 principaux avantages : il fait le taf et il est gratuit.

Pour installer PlantUML, il suffit d’ajouter le plugin à IntelliJ.

PlantUML pluginPour créer un diagramme de classe, on peut créer un fichier PlantUML (click droit sur un package > New > PlantUML File).

Dans cet exemple, j’ai une classe abstraite et deux classes dérivées :

Fichier puml

Cette visualisation peut être exportée en format image. Comme elle est destinée à être utilisée dans la Javadoc, je l’exporte dans le répertoire javadoc/doc-files.

On peut maintenant simplement référencer cette image dans la javadoc comme ceci :

/** Moteur du quiz
 *  <p>
 *     <img alt="UML class diagram" src="../doc-files/Quiz.png" >
 */
public abstract class Quiz {
    // ...
}

Si vous voulez documenter un package, il suffira de créer un fichier nommé package-info.java directement dans le package. Il contiendra une ligne avec le nom du package précédée de la javadoc.

/**
 * Jeu créé en TP de la vidéo <a href="https://www.youtube.com/watch?v=hSB3qPUJ7qE">Java intermédiaire 42 - TP Quiz</a>
 * <p>
 *     <ul>
 *         <li>main() se trouve dans Quizmain</li>
 *         <li>L'engine de jeu peut être soit graphique soit en mode console
 *         <br><img alt="UML class diagram" src="../doc-files/Quiz.png" ></li>
 *         <li>Les sets de question portent sur les capitales ou des exercices de math
 *         <br><img alt="UML class diagram" src="../doc-files/QuestionsGenerator.png" ></li>
 *     </ul>
 */
package Quiz;

Ce qui donnera ce résultat :

Résultat dans la JavaDoc

Tadaaaa 😉